Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 15
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

PARTICIPEZ AU DÉBAT
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

 

 

PARTICIPEZ AU DÉBAT

« On ne  peut être à la fois juge et partie »

Le  syndicat BIOPRAT s’indigne du  recrutement de biologistes  comme auditeurs de leurs confrères dans le cadre du contrôle de l’accréditation. Il  rappelle  que les biologistes sont des  scientifiques et pas des juges, même si les candidats suivent une formation spéciale de quelques mois au COFRAC et qu’il ne s’agit pas pour autant  de douter de leur valeur professionnelle ni morale.

Le syndicat BIOPRAT  se demande comment il a été possible de laisser au COFRAC, association 1901 ayant une  délégation de service public,  le droit de contrôler une profession médicale. Il met en parallèle le  statut des inspecteurs des pharmacies qui suivent  un cursus  de plusieurs années après le diplôme de pharmacien, les amenant un poste fonctionnarisé, qui sera souvent leur carrière unique, tandis que les auditeurs du COFRAC sont  souvent de simples auto -entrepreneurs.

Même si le COFRAC se défendra en disant qu’on peut réfuter un auditeur, nous considérons que le contrôle une profession par cet organisme  pose des  problèmes extrêmement graves, sur:

  • La pression abusive de ce dernier qui  semble incapable de réaliser  les difficultés humaines et financières de l’absurdité qu’il impose,  confondant le  monde industriel  d’où il vient et le monde médical qu’il ignore, comme le prouve sa réaction dans le    Quotidien Du Médecin à mon encontre.
  • Les  conflits frontaux lors d’un audit entre deux biologistes ne  partageant  pas la même vision professionnelle, dont l’un pourra imposer sa vision à l’autre.
  • Des conflits d’intérêts lorsque  l’auditeur pourra être proche d’un  groupe marchand.
  • Les 4 mois de formation qui  ne peuvent pas permettre  une appréciation objective d’une situation.
  • Le devenir de  la  confraternité entre deux biologistes en situation de jugement.
  • La dualité scandaleuse  d’une réforme qui au travers du monopole du COFRAC, étrangle  des biologistes au point de les obliger aller   contrôler leur confrère de proximité, et  qui de l’autre transforme très facilement une profession médicale en placement financier.  
  • Le  fait que les jeunes biologistes et tous   ceux qui ont vendu sous influence, faute de  débouchés, n’auront plus d’autres espoirs que de travailler pour le  COFRAC, augmentant la pression sur les biologistes.

Le syndicat BIOPRAT répond à ceux    vantant au nom de  la qualité  leur engagement au COFRAC, qu’on peut développer  la qualité sans mettre sa profession en vente ni  provoquer des   charrettes  de licenciements. Il leur rappelle qu’avant la réforme existaient des associations  bénévoles qui donnaient toutes satisfactions,  et que la biologie médicale n’a jamais provoqué d’accident sanitaire grave.

Le  syndicat BIOPRAT  met ces problématiques  en  débat en publiant ce texte  sur son site, rubrique les news,  et en invitant tous les biologistes inscrits ou non, à y participer en cliquant sur la touche « commenter » à la fin du texte.  Il invite tous les biologistes à lui transmettre les informations sur les contrôles et auditeurs  du COFRAC et  publie également un sondage situé sur la partie gauche du  site « trouvez-vous  normal ou scandaleux  que votre confrère  voisin juge  votre capacité à exercer »

Patrick LEPREUX, président du syndicat BIOPRAT, qui n’auditera jamais un confrère.                                           www.bioprat.com      sbioprat@gmail.com



Posté le:Dimanche 24 avril 2016 @ 21:16:49       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant
Anonyme
721  

  Posté : 24-04-2016 21:19

Participez au débat en cliquant sur la touche commenter

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Temps : 0.2666 seconde(s)