Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Lettre Président de la république
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Cliquez ci-dessous pour télécharger la lettre et ajoutez vos coordonnées .

 

lettrepresident (1).doc

 

 

Lisez le texte de cette lettre téléchargeable ci-dessus:

 

 

                                                                   

 

Nom du biologiste                                 Ville , le 22 octobre 2012      

Adresse 1

Adressse2

CP VILLE

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-honoré
75008 Paris

 

 

 

 

                                                                                             

 

 

                                          Monsieur le Président,

 

 

                                                                Vous ne pouvez pas laisser faire ça !

 

La réforme de la biologie médicale en France va être elle-aussi à l’origine de dysfonctionnements majeurs et donc de morts absurdes.

 

Comme je le pressentais, la fermeture de petits hôpitaux et de maternités qui ont été remplacés par des « pôles d’excellence », entraine des ratées comme nous le prouve l’actualité…

 

Malheureusement, il y en aura d’autres dans le secteur de la biologie : la loi Bachelot, destinée à regrouper les laboratoires eux aussi en « pôles d’excellence » va détruire le maillage des lieux d’analyses qui existait en France.

Cette réforme, si vous ne la connaissez pas, est destinée à concentrer toutes les analyses sur de grands plateaux techniques afin de faire des économies d’échelle. Il ne resterait donc que des sites de prélèvements, incapables de la moindre analyse in situ, reliés à des « usines à analyses » par des tournées incessantes de coursiers …

 

 

Actuellement, dans un laboratoire, on peut rendre certains résultats en une ou deux heures voire quelques minutes …

Avec le nouveau système mis en place par votre prédécesseur, ce ne sera plus possible :

Les appareils étant délocalisés sur un site unique, le délai de résultat sera très augmenté et il y aura forcément un retard de diagnostic.

 

La vie du patient dépendra de la fréquence des tournées, de la célérité du coursier, de la circulation routière et de la météo … bref, quelle loterie !

 

Bien sûr, les rédacteurs de la nouvelle loi, bien au chaud dans leur Ministère (et qui au moindre pépin vont vite au Val de Grâce) ne réfléchissent qu’en pourcentage de morbidité, efficience et rentabilité !

 

 

 

 

 

 

Mais où est l’égalité des chances pour le malade dans cette histoire ?

 

-          Vous, Candidat, vos ennemis étaient les financiers :

Pourquoi laisser la main libre aux fonds de pension qui rachètent petit à petit toute la  biologie française ! La qualité industrielle brandie par les défenseurs de cette réforme dissimule en fait une mise en vente pure et simple de cette profession.

L’argent de la Sécurité Sociale, donc les cotisations des français, va enrichir des investisseurs américains ou suédois. Est-ce-bien judicieux ?

 

 

-          Vous, Candidat, vous voulez maintenir le tissu des PME :

Un laboratoire d’analyses est une petite entreprise qui emploie des secrétaires, des techniciennes, des préleveurs infirmiers etc. … Le regroupement sur un site unique mettra au chômage plus de la moitié du personnel …

 

 

De plus, toutes les petites PME qui gravitent autour de nous tels que fournisseurs de réactifs, informaticiens etc. …sont eux aussi aux abois et il ne va rester que quelques fournisseurs (Abbott, Roche, Siemens) qui vont régner sur le marché et qui sont des multinationales.

 

 

Par ailleurs, je perdrai mon statut de profession libérale avec taxes multiples sur mes revenus et je deviendrai un salarié banal, démotivé, sans espoir d’avenir.

 

-          Vous, Candidat, votre principale préoccupation était la jeunesse :

Que dire aux étudiants visant une profession médicale bac +10/12 qui vont se retrouver soit sur un site de prélèvements à prélever  des malades et coller des étiquettes sur des tubes, soit sur un plateau technique à valider 10000 résultats/heure sans pouvoir faire une corrélation avec un malade qu’ils n’ont jamais vu ? La profession libérale qu’il visait se transforme en un salariat inintéressant au plan intellectuel.

 

-          Vous, Candidat, vous vous présentiez comme un ardent défenseur de l’écologie.

Serait-il judicieux de mettre sur les routes des milliers de coursiers consommant de l’essence et polluant toute la journée ?

 

Je fondais de grands espoirs sur votre discours : Comme vous, qui êtes un Président « normal », j’aspire à une biologie « normale » et je ne veux pas d’une « hyper biologie ». C’est pour cela que j’ai été un de vos thuriféraires lors des dernières élections : nous étions sur la même longueur d’onde …

Hélas, le décret d’application de la loi vient de paraître le 17 octobre 2012 donc sous votre mandature.

Laisserez-vous accoler votre nom à la loi Bachelot ? Si vous ne connaissez pas bien le dossier, je suis prêt à vous l’expliquer ou à rencontrer un de vos conseillers.

 

Il est vrai que la biologie est inconnue de beaucoup. Or, 60% à 70% des décisions médicales ne peuvent être prises sans un avis biologique.

 

Pourquoi tuer cette profession et la mettre en vente  ? Au nom de l’Europe, de la crise ?

 

 

 

 

 

 

Si aucun signe de votre part n’arrive pour temporiser cette loi inique, vous serez donc l’exécuteur d’une ordonnance dont les conséquences sanitaires n’ont pas dû être bien jaugées par les conseillers de l’ancien Président.

 

Il est simple pour vous de ne pas tout gâcher : il faut remettre à plat cette loi en l’aménageant ou en l’annulant.

 

 

La France peut quand même gérer son système de santé comme elle le veut. Nous ne sommes pas obligés de suivre le modèle allemand : il y a une loi de subsidiarité pour la santé !

Pourquoi altérer une profession qui marche et n’a jamais posé de  problèmes sanitaires majeurs,  au point d’en arriver à la détraquer en mettant la santé du patient en danger ?

 

Je vous demande donc de vous pencher sur ce problème : il suffirait de maintenir la possibilité pour les sites de proximité de travailler avec leurs automates et avec des contrats de collaborations avec d’autres sites de proximité.

Cela nous permettra de survivre en ne se faisant pas absorber par les grands groupes, de préserver l’emploi, d’assurer aux malades un service d’urgence et de qualité.

 

Je vous remercie de m’avoir lu et vous prie, Monsieur le Président, de recevoir l’assurance de ma plus haute considération.

 

 

 

 Nom du biologiste

                                                                                 

 

 

 

                                                                                 

 

 



Posté le:Lundi 26 novembre 2012 @ 17:56:07       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant
vero
2  

  Posté : 27-11-2012 13:14

QUELLE PRETENTION

  Profil
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Temps : 0.2651 seconde(s)