Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

CPresse suite au rapport de la cour des comptes sur l'assurance maladie (UFML)
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Le rapport de la Cour des compte sur l’avenir de l’assurance maladie est une bombe à fragmentation qui, si elle était utilisée détruirait notre système de santé, sans laisser la moindre issue de secours.

Brandir une fois de plus le conventionnement sélectif alors qu’il n’y a plus ni heliotropisme pour les installations (Toulouse est un déserts en devenir) ni territoire spécifique pour les déserts médicaux ( Paris est le premier désert médical du territoire) montre une fois de plus le retard des sages de la rue Cambon.

Parler de conventionnement sélectif, d’encadrement et de recertification sanctionnante jusqu’à l’interdiction d’exercice, de mise en reserve prudentielle pour faire entrer en force les médecins dans un fléchage économique de leur exercice, prouve l’éloignement des responsables qui ne tiennent en rien compte des drames vécus par les Français.

Vouloir encadrer plus, créer une nouvelle agence assurément dispendieuse (les agences existantes coutent 40 milliards chaque année à la nation) est l’image même de la volonté de poursuivre et d’accélérer la même politique qui a entrainé l’apparition des déserts médicaux et la fragilisation hospitalière.

Forcer, encadrer, sanctionner, soumettre n’est pas une politique digne de la France.

L’UFML Syndicat dénonce un rapport passéiste entre année 80 et mandature ministérielle précédente ou il n’est fait nulle proposition face à la tempête technologique qui s’annonce par les newtech et les NBIC IA et autre medecine algorythmique.

La France mérite mieux qu’un rapport qui prétend orienter le système sanitaire au travers d’un modèle de pensée situé entre archaisme et dirigisme , entre minitel et maitrise comptable .

L’UFMLs appelle à des états généraux de la santé et à une gouvernance partagée entre patients soignants et administration.

Dr Jérôme Marty
Président UFMLS

 



Posté le:Mercredi 29 novembre 2017 @ 16:36:22       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1214 seconde(s)