Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Réponse de Marine LE PEN
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Patrice LEPREUX                            
Président du Syndicat des biologistes-praticiens, Bioprat
10 rue de cassis
13008 MARSEILLE
 
Monsieur le Président,
 
Votre courrier se plaçant dans la suite des injonctions de 2008 ne m’a malheureusement pas étonnée : en effet, à cette période, la Commission européenne avait imposé à la France l’ouverture du capital des laboratoires d’analyses médicales libéraux français. Cette réforme de la profession a été imposée en 2010 par le gouvernement de N. SARKOZY, puis confirmée à l’identique en 2013 par les socialistes. Parallèlement a été mis en place un cadre strict d’accréditation des laboratoires libéraux, laboratoires de proximité, de petite ou de moyenne taille. Il s’agissait d’une procédure très sévère sur la qualité des laboratoires que l’on peut bien évidemment comprendre, mais il est clair que le COFRAC, organisme choisi, a fait son œuvre avec un zèle tel que les conséquences sont visibles moins de deux ans après. Il s’agit de la disparition de très nombreux laboratoires de proximité, certains survivants n’étant en fait que des lieux de prélèvements. Pour vous, il s’agit de l’abandon total de l’activité noble et l’obligation d’envoyer vos analyses dans des « usines » où les tubes, de ce qu’il m’est rapporté, proviennent de très nombreux sites, avec des risques de fiabilité des analyses.
Bien sûr, le rachat forcé par des organismes centralisateurs est maintenant devenu la règle. Des groupes financiers rachètent de manière intensive vos laboratoires. Or, il apparaît de plus en plus qu’ils seraient adossés à des fonds dont les sièges sociaux ne sont pas forcément les plus clairs. Ainsi, il est clair que l’argent de la sécurité sociale n’a pas forcément la destination que l’on souhaiterait.
Pourtant, le budget de la biologie n’est que de 4% et le savoir-faire indéniable. Dès lors la modernisation souhaitable de cette activité médicale ne méritait pas une telle violence dans les moyens mis en œuvre.
Voilà pourquoi, Monsieur le Président, qu’une fois aux affaires je ferai en sorte de permettre autant que faire se peut le retour à des outils de travail de proximité indispensables pour le maillage de nos territoires dans le cadre de la pleine possession de l’outil de travail.
 
Espérant avoir partiellement tout au moins répondu à vos questions, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes salutations les plus sincères.
 

Marine LE PEN
 



Posté le:Lundi 10 avril 2017 @ 09:16:43       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1086 seconde(s)