Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 15
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Quand les médecins non syndiqués se fâchent : Ca va secouer !
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Quand les médecins non syndiqués se fâchent : Ca va secouer !

Télécharger la chartre ici:charte comeli13 (1).pdf

Après le printemps de Roanne, créé de manière spontanée, des mouvements de médecins non syndiqués voient le jour partout en France sur le modèle de leurs confrères roannais. Des manifestations et journées de grève s'organisent, chacune de leur côté. Une réunion prévue le 13 juin devrait coordonner tous les mouvements et aboutir à un mouvement dur et national au moment du vote final de la loi de modernisation de la santé.

Les médecins ne sont pas prêts à se laisser abattre. Après la grogne des syndicats, place au soulèvement de la base des médecins. Partout en France, des mouvements, coordinations ou collectifs non syndiqués et apolitiques se créent pour lutter contre la loi Touraine. 14 départements sont déjà sur le pied de guerre. L'Ain, l'Ardèche, le Vaucluse, les Bouches du Rhône, la Haute-Loire, le Rhône, le Val d'Oise, le Nord, la Saône-et-Loire mais aussi la Corse ou la Bretagne, organisent chacun de leur côté des actions pour signifier leur ras le bol généralisé. Et ce n'est pas tout. La Picardie, l'Ariège, le Lot, le Nord, la Côte-d'Or ou encore l'Alsace se préparent à rentrer dans les rangs. "D'ici septembre, tous les départements se seront soulevés", prédit le Dr Éric Blondet, secrétaire général de l'Union française pour une médecine libre (UFML).

Initié à Roanne

Si les mouvements se sont créés en dehors de syndicats, ces derniers et notamment la FMF, le SML et le Bloc les soutiennent, légèrement en retrait. De son côté, l'UFML, qui est une association, offre une aide logistique aux médecins qui en font la demande. "Notre rôle est de coordonner les coordinations. Nous avons mis en place un google group (forum de discussion) pour qu'elles puissent échanger entre elles. Notre objectif n'est pas de mettre la main sur les coordinations. Cela serait totalement contre-productif car pour fonctionner elles ont besoin de venir de la base", explique le Dr Jérôme Marty, président de l'UFML.

Initié à Roanne où un mouvement spontané avait abouti à trois jours de grève suivis par plus de 95% des généralistes, ces soulèvements de médecins...

concrétisent le malaise profond de la profession et son rejet de la loi de santé."Cette loi a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Nous voulons montrer aux politiques que nous sommes capables de nous rassembler et de nous réunir. Nous disons tous merci à nos confrères roannais car ils ont permis le réveil des médecins", confie le Dr Brice Duraffourg, porte-parole du Printemps des Ainsoumis qui rassemble près de 50% des généralistes de l'Ain. Ces derniers seront en grève les 3 et 4 juin prochain.

"Les patients nous soutiennent tous"

 

"Nous espérions que le mouvement s'étende en France mais nous n'imaginions pas que cela arriverait vraiment", avoue, enchanté le Dr Philippe Mottet, l'un des initiateurs du Printemps Roannais. Et après le succès de la grève, le mouvement roannais ne s'arrête pas là. Une manifestation de médecins est prévue le 3 juin devant la sécurité sociale. Chaque praticien déposera à la caisse un courrier de demande de modalité de déconventionnement. Une grève des gardes reconductible de semaine en semaine est également en cours. Une manifestions de médecins et de patients est prévue le 13 juin. "Les patients nous soutiennent tous", constate le Dr Mottet.

En Bretagne, la grogne gronde depuis déjà trois mois. Dans plusieurs villes se sont créés des Collectif pour l'Organisation et la Défense d'un Territoire de Santé (CODTS). Mis en place par le généraliste quimpérois Nikan Mohtadi, ils ont pour objectif de fédérer les praticiens autour d'objectifs communs, avec une conduite commune aux médecins d'un secteur, et une solidarité en cas d'attaque injustifiée d'un confrère. "Nous sommes unis en associations asyndicales et apolitiques avec la volonté de ne pas accepter la loi même si elle était votée. Nous avons tous signé une charte de solidarité et nous seront prêts à aller jusqu'au déconventionnement s'il le faut....

En attendant nous faisons pression, en relais du Printemps de Roanne. A Quimper, 40 médecins (sur les 44 que compte la ville) fermeront leur cabinets pendant au moins deux jours lors de la deuxième quinzaine de juin", annonce le Dr Nikan Mohtadi. D'autres villes bretonnes devraient suivre le mouvement.

"S'il faut se fâcher, on va le faire", avertit le Dr Mohtadi avant d'ajouter, "on espère que les politiques se poseront des questions sur le refus de cette loi. Personne ne discute l'idée d'une réforme de la santé mais nous voulons qu'elle soit faite avec et non contre les médecins."

 

"Un mouvement fort, plus puissant même qu'une grève"

 

Même point de vue dans les Hautes-Pyrénées, où les trois quart des médecins ont également signé une charte de désobéissance. Une manifestation est prévue d'ici une dizaine de jours devant la sécurité sociale de Tarbes. Elle sera suivie "d'un mouvement fort, plus puissant même qu'une grève", annonce, énigmatique, le Dr Patrick Guenebeaud à la tête du mouvement.

Le 13 juin prochain, à 15h dans un amphithéâtre de l'hôpital Cochin à Paris se tiendra une vaste réunion organisée à l'initiative de l'UFML, et en présence de la plupart des mouvements et coordinations. Une grève nationale devrait être décidée à l'issu de ce rendez-vous. "Nous pensons à arrêt d'activité total de plus d'une semaine", lâche le Dr Marty. La date du mouvement sera fixée en parallèle au vote final de la loi de modernisation de la santé, soit d'ici la fin de l'année. "D'ici là, nous allons en profiter pour organiser les coordinations et faire de la guérilla en permanence", prévient le président de l'UFML. Affaire à suivre…



Posté le:Mardi 02 juin 2015 @ 12:10:06       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1514 seconde(s)