Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Dérégulez les professions de santé pour que les financiers paient leurs impôts ailleurs!
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

 

 

 Une honte.

 

A l'attention de Monsieur MACRON : dérégulez- les professions de santé,

et vous favorisez les groupes financiers qui paieront leurs impôts...ailleurs.

 

 

Cette étude est celle du groupe d'analyse financière KPNG, groupe  faisant référence dans ce domaine.

Le simple fait que ce groupe extèmement important et réputé  s'interesse au marché de la biologie, prouve l'intention réélle de la réforme et l'ampleur de de ce marché.

Cette étude contredit totalement les propos de la ministre de la Santé et des défenseurs de la réforme qui presentent cette dernière comme une arme contre la financiarisation.

Cliquez ici pour lire version française 

Cliquez ici pour lire  version anglaise ce qui donnera une légère idée du degré de financiarisation offert par la réforme ...

 

Que dit se rapport?

 

Ce rapport extérieur  issu de  KPMG, l’un des plus grands cabinets-conseils financiers, est déjà en lui seul la preuve de l’intention marchande de la réforme de la biologie et la contradiction des arguments des défenseurs de cette réforme qu’ils présentaient   comme  une protection contre les financiers !

 

S’il reconnaît en préambule  les pressions accrues avec détérioration à cause de  l’accréditation obligatoire  fragilisant les petites structures, ce rapport imagine déjà  le  marché de leur rachat    d’où son  titre de «  deuxième vague ».

 

Il  parle de « récolte  de prélèvements », «  bénéfices » « niveau de rentabilité » évoque la piste de la fermeture partielle des laboratoires pour en améliorer la rentabilité !

 

CQFD.

 

À aucun moment il n’évoque la mission sanitaire des laboratoires, le besoin d’horaires larges, la demande des patients et prescripteurs  de disposer de véritables  laboratoires réalisant sur place les analyses.

Ces besoins humains, tout comme le terme de « patient » semblent totalement étrangers à ce rapport imprégné d’un credo mercantile européiste,  présenté comme le modèle à suivre…

Visiblement les rédacteurs de ce rapport semblent à titre personnel ne pas à avoir eu souvent  de besoin de soins médicaux....

Ils ne rendent pas compte de la chance qu'ils ont d'avoir un service  de proximité performant qu'ils détruisent par la promotion d'une reconstruction marchande du système de santé.

Ils ne se rendent pas compte qu'ils mettent ainsi  en danger  leur propre vie et celle des autres, comme  le jour où ils auront besoin d'analyses urgentes, et que le système qu'il ont promu ne leur proposera  qu' un coursier bloqué dans les embouteillages avec leurs tubes dans la glacière, et une secrétaire dépassée par les évènements...

Leur  rapport considère le laboratoire  comme un placement financier, et la biologie médicale passe du stade de la  mission sanitaire à celui d'un outil industriel générateur de rentabilité  dans le contexte favorable de la réforme,   et n’évoque curieusement  que très discrètement les risques encourus par le patient avec ces structures vides, il rappelle simplement la nécessité d’avoir du personnel de qualité…

 

Il  est étonnant qu'un rapport  aussi  poussé, issu d’un organisme de conseil  aussi prestigieux  vantant aux financiers son degré d'analyse fine,  ignore paradoxalement d'évoquer  ce danger mortel  pouvant se retourner contre  les investisseurs...

 

Comme il ignore également  de rappeler que la réforme fuit promue au nom d'économies pour la Sécurité Sociale...

 



Posté le:Mercredi 05 novembre 2014 @ 11:12:49       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1664 seconde(s)