Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Reforme des labos: pressions du copain COFRAC pour pousser à vendre aux copains financiers et merci aux copains politiques
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Le syndicat BIOPRAT dénonce les pressions du COFRAC et la vente programmée des laboratoires d'analyses au profit des groupes financiers

Communiqué de presse

 
 

Le syndicat des Biologistes Praticiens BIOPRAT dénonce les pressions exercées sur le secteur de la biologie médicale par le COFRAC, organisme de contrôle privé imposé de force aux laboratoires d’analyses dans le cadre de la réforme de mai 2013. Le syndicat pointe ainsi la mise en application des normes insupportables, obligeant les biologistes à céder leurs laboratoires au profit de groupes financiers qui licencient.

 



Profitant d’un décret dont la date butoir est fixée au 31 octobre 2013, le COFRAC, organisme privé chargé dans le cadre la réforme de la biologie médicale de mai 2013 de contrôler l'activité des laboratoires, terrorise littéralement la profession en multipliant les menaces de fermeture administrative en cas de non-respect de la date limite.

 

Une attitude qui provoque le désarroi d'une profession déjà durement frappée par des baisses tarifaires incessantes et une campagne de dénigrement sans fondement.


Le syndicat BIOPRAT dénonce ainsi les pressions du COFRAC et le carcan des normes industrielles utilisées comme outil d’expropriation en contraignant les biologistes, incapables de faire face à des coûts d'accréditation disproportionnés, à abandonner leur outil de travail à des groupes financiers, dont les préoccupations sont très éloignées de la mission de santé publique remplie jusqu'ici par les biologistes.

 

Le syndicat BIOPRAT rappelle que la biologie est la seule profession médicale à subir une telle remise en question. Il rappelle également que la biologie médicale n’a jamais provoqué de scandale sanitaire grave et qu’elle utilisait jusque-là naturellement tous les moyens pédagogiques mis à disposition par les facultés de médecine et pharmacie pour assurer sa modernisation, comme n'importe quelle autre profession de santé.

Le syndicat BIOPRAT  demande le report de la mise en place de l'accréditation par le COFRAC pour un délai d'un an, et ce en vue de protéger du nombre d'emplois menacés par une telle mesure.

Il dénonce une fois de plus une réforme mise en place en toute opacité sous l'égide de Jérôme Cahuzac, au profit d'intérêts privés, et qui aboutit à la mise en vente pure et simple de

l'ensemble d'un secteur de santé.

Il rappelle que tous les décideurs et défenseurs de cette réforme se trouvent impliqués dans de graves conflits d'intérêts touchant au rachat des laboratoires et la mise en place de l’accréditation et du COFRAC.

 


www.bioprat.com

 



Posté le:Mardi 08 octobre 2013 @ 13:36:00       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant
Anonyme
723  

  Posté : 08-10-2013 15:31



ALIX
13   

  Posté : 08-10-2013 16:23

Nos syndicats traditionnels ont une tres lourde responsabilite dans ce qui nous arrive, ils ont été totalement inconsequents .
Demander le report , bien sur , l'obtenir , c'est moins sur ..
Dans un contexte ou il faut preserver l'emploi, ce serait une sage décision.


  Profil
Anonyme
723  

  Posté : 08-10-2013 17:50

Qui s'intéresse encore aux laboratoires de proximité?
-les syndicats? non, excepté Bioprat et le SJBM..
-les politiques? visiblement, ils ne veulent, ou ne peuvent comprendre..
-les patients, certains sont catastrophés..ET IMPUISSANTS..
?
-en 2016, il restera quelques grosses structures, la biologie est bien un "champ de ruine"(Claude COHEN)

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Temps : 0.2564 seconde(s)