Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Lettre ouverte à jean François COPE (texte)
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

 

 

cliquez ici pour la télécharger:cope.doc

Monsieur le Président,

 

Vous avez évoqué l’idée de faire l’inventaire du bilan de Nicolas Sarkozy et je pense que  proposer un débat autour de ce sujet honore  votre parti.

 

La  réforme de la biologie médicale, promue pendant son quinquennat constitue  un sujet  sur lequel il est indispensable de revenir car elle aboutit à une catastrophe sanitaire et professionnelle très grave.

 

Cette réforme  est une  mise en vente orchestrée par un puissant réseau autour de Jérôme CAHUZAC.

Pour arriver à ses fins, ce réseau privé  a réussi à  décrédibiliser notre profession au point d’en justifier un profond bouleversement préparé en secret dès 2008, promu sans débat par ordonnance en 2010.

 

Le texte met en place toutes sortes de  contraintes insupportables regroupées sous le terme « d’accréditation », validée par un organisme privé  imposé de force, le COFRAC.

La  lecture de ce texte dégage un profond mépris pour  les biologistes indépendants, et une fascination pour les réseaux de laboratoires vides, encensés  comme  le chemin de  Vérité.

 Un des d’effets   inavoués de ces pressions d’un montant annuel de 175 000 euros est d’  obliger   ces biologistes à vendre.

 En même temps,  elles ouvrent  la porte aux financiers et leurs  réseaux de laboratoires vides, leurs  usines à analyses, leurs livreurs de tubes perdus dans les embouteillages.

 Et le tour est  joué, derrière les  drapeaux brandis à l’époque au nom de la qualité  en des termes pompeux, comme : « maillage sanitaire plus diffus » « nouvelle adéquation de l’offre de soins » «  biologie euro motrice » et même, sans honte, « défense des laboratoires de proximité » !!!

Parce que ce texte met en danger le patient, il fut  violemment rejeté par notre profession et sa mise en application suivit  un parcours chaotique.

 Devant cette situation, votre  majorité se décida à proposer un nouveau texte,    sous la forme d’une loi  que  la gauche revenue au pouvoir, a validée quasiment à l’identique, preuve que le réseau de Jérôme Cahuzac opère au delà des majorités…

 Sur le terrain, cette réforme aboutit à une grave détérioration  de notre mission sanitaire  au travers de  ces  sous-laboratoires  dangereux, car devenus incapables de réaliser la moindre analyse sur place. Ceci  provoque l’inquiétude  légitime des patients, mais pas des politiques et des biologistes financiers qui continuent à crier bravo.

 L’engagement de ceux qui veulent imposer de force la réforme  de la biologie  s’explique par leur désir de s’enrichir grâce aux  marchés du rachat des laboratoires, celui des  organismes de  formation, ou des postes grassement rémunérés pour  eux-mêmes ou leur entourage.  C’est un conflit d’intérêts à tous les étages, dissimulé derrière des appels vertueux et  le dénigrement des biologistes.

 

À chaque fois que j’ai alerté  avec des  preuves incontestables de la catastrophe  les ministres  de la Santé  de l’époque comme vos élus,  j’ai droit à un   dialogue de sourds  avec les mêmes  poncifs comme les « gisements de productivité » « une profession ayant des faiblesses » et accompagnés d’un sempiternel  discours hyper libéral  justifiant cette privatisation cachée.

 

Ils refusaient  de comprendre que  des financiers tripotaient  la balance au point de pouvoir  acheter tout un secteur médical,  et  même obliger  ses  professionnels à ne plus exercer leur métier.

 

Monsieur le Président, accepteriez-vous de voir vos enfants après 12 ans d’études universitaires, considérés comme des nantis médiocres, n’ayant   comme unique horizon celui   de devenir une   caution   légale dans d’improbables  structures médicales à vocation financière ?

Et si par chance ils avaient réussi à s’installer, auriez-vous trouvé juste qu’ils soient obligés de vendre leur  outil de travail, licencier leur personnel  et ne plus exercer leur métier ?

 

Aujourd’hui près de 8000 emplois sont menacés à cause de cette réforme et à LYON, au laboratoire BIOMNIS une première charrette de 200 licenciements est en route.

Ce qu’engendre cette réforme   semble bien éloigné de vos engagements de campagne  célébrant le travail, le mérite de la proximité, la dénonciation d’une réforme scélérate.

 Ce nous attendons de vous, Monsieur Le Président, c’est de revoir votre opinion sur cette réforme.

 Nous vous demandons de prendre conscience du carnage sanitaire qu’elle engendre et de nous aider à y revenir autour de deux points essentiels :

 1.   Le premier point concerne l’obligation d’accréditation qui doit devenir facultative, remplacée par des formations comme le font   TOUTES  les autres professions de santé avec les facultés de Médecine et Pharmacie.

 

La biologie n’a aucune raison de subir le   carcan de l’accréditation, surtout si c’est pour aboutir à des laboratoires vides.

 

Prés de 1000 biologistes  n’ont pas envoyé leur dossier d’accréditation au COFRAC, chargé de nous pousser à vendre, ce dont il   se  défend en  jouant le  pauvre ( sic) et simple exécutant…

 

Peut être ces confères ont ils agi ainsi  car ils n’étaient pas prêts, ou tout simplement écœurés de voir leur profession guillotinée pendant

que les géants de l’agro alimentaire fraudent sans guère de retour de bâton.           

Devant cette situation, nous demandons à votre parti  d’appuyer le report à une date ultérieure du  délai technique du 31 octobre 2013 d’entrée en l’accréditation et  qu’un moratoire sur cette réforme soit mis en place avant qu’une solution alternative  soit définie entre tous les acteurs de la biologie.

  1. 2.   Le second point, c’est d’autoriser les laboratoires à se regrouper  partiellement pour effectuer les analyses moins rentables, tout en conservant chacun un quota  d’analyses effectuées sur place : emplois et proximité seront ainsi valorisés.

 

Ces deux mesures techniques permettront aux biologistes de retrouver le sens originel de leur mission sanitaire.

 

Nous restons à votre disposition pour une rencontre afin de vous expliquer de façon encore plus précise la catastrophe et la nécessité impérative d’appuyer la révision de cette réforme, et dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président l’expression de nos salutations distinguées.

 

 

 

 

 

 

 

 

PATRICK LEPREUX, Président du Syndicat BIOPRAT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3



Posté le:Mercredi 25 septembre 2013 @ 11:20:59       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant
labogassendi
8  

  Posté : 25-09-2013 14:57

Bravo pour votre energie a defendre notre profession!nous avons passé le premier cap d'entree dans l'accreditation,ça coute plus de 350 euros....juste pour dire que notre dossier est recevable!!
quant a la bande UMP je ne crois pas que leur desapprobation ,si elle existe soit fiable , ils ont bien été a l'origine avec Bachelot de ce sabotage de la biologie!!!

  Profil
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Temps : 0.2004 seconde(s)