Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 25
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Le vent de la révolte: l'UFML résume notre propre situation
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

Par le dr jérôme marty, president de l'ufml

 

A tous,

Les réunions de l'UFML drainent toujours plus de monde, et l'auditoire se diversifie de plus en plus. Il est le reflet de ce pourquoi nous nous battons : l'union de tous les médecins face à une politique conventionnelle destructrice et un bilan catastrophique et mortifère pour la profession, fruit des errements conventionnels, d'une médecine sur-administrée, d’intérêts particuliers ou de groupes de pression, d'idéologie, de méconnaissance des réalités, de bêtise, ...

Face à cela, il est temps que la profession se réveille, il est temps d'aller chercher nos confrères, il est temps de les renseigner sur le système sanitaire qu’« ils » ont pensé pour nous.

Parce que l'on ne combat bien que ce que l'on connait !

La réunion de Lyon a montré ce besoin de savoir et, surtout, a montré le besoin, l'absolue nécessité pour notre profession de relever la tête !

Une profession debout qui, dans l'union, ose se battre, et ose ce mot, abandonné depuis des années par les syndicats signataires, "pas de politique de la chaise vide", "mieux vaut un mauvais accord qu'une loi", "il faut être pragmatique", "on sait ce que l'on a, on ne sait pas ce que nous aurions eu sans signer", "il faut maintenir notre place aux négociations", "l’état économique du pays ne permet pas autre chose", "c'est une grande victoire au regard de la crise", "les Français n'accepteraient pas que...", etc., etc., … Bref, ce mot que les syndicats signataires n'utilisent plus, essence même du syndicalisme, et base ensuite de propositions : NON !!!

Un NON symbole de résistance et de réveil d'une profession qui a trop longtemps tout accepté, de part ses divisions entretenues souvent par ceux-là mêmes qui se devaient de la défendre ...

Un NON symbole de fierté retrouvée face à l'ensemble des structures qui entendent mettre la médecine au pas !

Un grand mouvement d'union se prépare, nous entrons dans le temps de l'action.Nous demandons ici aux plus actifs d'entre vous de prendre exemple sur leurs confrères des villes déjà visitées par l'UFML : Nice, Aix, Paris, St Quentin, Lyon...et de vous porter volontaire pour l'organisation de réunions identiques dans vos villes. Les délégués et le bureau de l'UFML se tiennent à votre disposition pour vous aider dans cette entreprise face à une actualité qui s'accélère :

  • Des réseaux de soin soumis à une procédure d'urgence (pas d'amendement de la part du sénat), aucune audition de médecins ou de syndicats de médecins, pas d'audition de fédérations hospitalières, mais des représentants de mutuelles et des lobbyistes de ces mêmes mutuelles ! Si, pardon !, un médecin reçu par le Sénat ! Le Dr Cohen Solal, responsable médical de la Mutualité Française ! Donc des réseaux de soins votés au mois de juillet.

  • Des tribunaux d'exception prêts à tourner, où nos confrères jugés ne pourront ni bénéficier d'un avocat, ni avoir accès aux pièces du dossier, et auront la chance d'être défendus par ceux-là mêmes qui ont signé leur désignation comme coupables, les représentants des syndicats signataires !!!

  • Une coercition à l'installation qui sera la règle du fait de la mise en place par les ARS de SROS ambulatoires opposables avec des DARS tout puissants, seuls maîtres à bord, qui décideront de votre avenir, de votre projet de vie (strict copier coller du fonctionnement des autorisations d'installations, créations de services, obtention de matériel pour les établissements).

  • Un remboursement différencié demain en place qui fléchera le parcours des patients vers une médecine à autant d'étages que de hauteurs de contrats. Où le médecin ne sera que l'effecteur du responsable du réseau et devra appliquer à la lettre les abaques définis par une direction devenue dès lors financeur et organisateur du système.

  • Des établissements de soins passés sous contrat avec ces mêmesmutuelles qui contrôleront avant signature les niveaux de certification des établissements... et les tarifs des médecins qui y exercent, créant de fait un conflit d’intérêt majeur pour les directions de ces établissements, fragilisant la position des médecins jusque dans le maintien de leur exercice.

  • La numérisation prochainement obligatoire des prescriptions (avenant 11) avec filtre des ordonnances, contrôle, avant délivrance, des pratiques et son corollaire, la mise en place de systèmes de pré-autorisation par l'organisme qui gérera le système.

  • Des CPOM (contrat pluri annuel d'objectif et de moyen) que les établissements sont en train de signer avec un indicateur : défense de l'accès aux soins dans lequel les directions se doivent de diminuer la proportion de S2, conflit d’intérêt là encore, entre l'obtention de la contractualisation avec l'ARS et le maintien de la qualité des soins au sein de l'établissement.

  • La désertion toujours plus importante des installations et l'impossibilité de trouver un successeur.

  • La probable faillite du système de retraite et la réalité de versements à fonds perdus.

Ce ne sont que quelques exemples de ce que nous vivons déjà et de ce que nous allons vivre.

Quelques exemples traceurs en ces temps "d'indicateurs" des échecs d'hier des responsables d'aujourd'hui !

L'UFML dit NON, cela suffit et appelle donc au rassemblement de tous, au réveil de tous .

Il est temps de nous mettre en ordre de marche, préparons ensemble la mobilisation, soyons acteurs de la reprise en main de notre profession, reposons main sur notre avenir.

 

 

Docteur Jérôme Marty, Président de l’UFML

 



Posté le:Lundi 24 juin 2013 @ 10:37:00       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1554 seconde(s)