Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Lettre type pour demande de recours constitutionnel
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

 

cliquez ici pour télécharger la lettre ( elle peut être modifiée)votrenom.doc

 

voici la lettre 

Votre nom

Adresse1

Adresse2

CP VILLE

 

Objet : demande pour

              Recours constitutionnel                                                                                                                  

              (Réforme de la biologie)

                                                                                                                Sénateur /Député»

                                                                                                             

                                                                                                            Sénat / Assemblée Nationale

 

 

 

 

Monsieur le Député,Sénateur

 

Le tout récent vote de la réforme de la biologie constitue  un  véritable meurtre professionnel.

Cette réforme  oblige les biologistes à vendre à des groupes financiers, en imposant des contraintes intenables regroupées sous le terme d’accréditation validées par un organisme privé, le COFRAC, issu du monde industriel.

Les laboratoires, une fois rachetés, deviennent  des vitrines, car le personnel est licencié, les machines sont supprimées, et ils  ne peuvent plus jouer  leur rôle sanitaire, mettant en péril  la santé du patient et l’emploi (déjà 200 licenciements ont eu lieu au laboratoire BIOMNIS).

 

On se demande le pourquoi de l’approbation de cette réforme, alors  les récents articles de presse démontrent qu’elle est une carambouille orchestrée par un duo constitué de Jérôme Cahuzac et d’ un syndicaliste lobbyiste financier  influent, dans le cadre d’une association privée extrêmement puissante et souterraine.

 

D’un côté, le syndicaliste instillait dans la profession l’idée d’une inéluctable évolution vers l’industrialisation, et  de l’autre, le politique utilisait son « savoir-faire » qui a fait sa réputation dans le médicament,  pour  prendre ou faire prendre  toutes les décisions officielles ou privées pour aller dans ce sens, avec d’autant plus délectation  qu’il a toujours avoué publiquement sa  haine des  biologistes.

 

C’est pourquoi, pour préparer le terrain à cette réforme, dès les années 90  la biologie a vu fleurir contre elle  des baisses tarifaires tous les deux ans, des rapports à charges, des attaques régulières dans les médias, le tout sur un fond de dénigrement permanent, les laboratoires étant présentés comme des professionnels à qui on pouvait à peine  faire confiance.

 

En  2007, ce fut l’apothéose de cette collusion occulte,  une profession livrée à leur caste, grâce à une réforme sur mesure, rédigée, et ensuite promue  dans la confidentialité par ordonnance, conformément au gout du secret des deux compères.

 

L’accréditation portée par le COFRAC était le coup de poignard pour arriver à leurs fins, tout en constituant    un  argument lisse et parfait vu de l’extérieur, véritable  incantation à la modernité,  répétée en boucle  par tous les politiques pour dissimuler cette pure et simple mise en vente, tout en neutralisant  les contradicteurs.

 

Bien entendu, cette réforme  a été  chaleureusement  approuvée par le syndicat auquel appartient le fameux biologiste  lobbyiste, et tous les syndicats qui attendaient impatiemment  les bonnes affaires ou une place de consultant  au COFRAC…

Les autres syndicats opposés à ce projet, comme nous,  ont été ignorés ou ringardisés.

 

Le résultat ne  s’est pas fait attendre, avec des pans entiers de la profession vendus aux financiers dont certains se trouvent aux iles Caïmans ! Et on voit alors  des biologistes harcelés par ces mêmes financiers, qui anticipent déjà le vote de votre  réforme rappelant  qu’avec les contraintes qu’elle comporte, il n’y a plus qu’une seule solution : vendre.

Face à cette situation intolérable engendrée par la réforme qui vient d’être approuvée et transformée en loi, nous voudrions faire un recours en conseil constitutionnel, que nous vous proposons d’appuyer dans le cadre du  quota nécessaire de 60 élus.

Dans le cas où vous seriez d’accord pour soutenir cette démarche, nous  vous fournirons l’argumentaire rédigé par notre avocat, et restons à votre disposition pour toute explication complémentaire.

Si cela est le cas, merci de nous confirmer votre accord par mail à : sbiobrat@gmail.com

 

Veuillez agréer, Monsieur le Député,l’expression de mes sentiments  distingués.

Votre signature

 

 



Posté le:Mardi 21 mai 2013 @ 21:24:23       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.2356 seconde(s)