Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 26
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

lettre à Marisol TOURAINE
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

 

 

 

 

 Téléchargez la lettre  en cliquant ici :mst1052013c.doc

Madame la Ministre de la Santé

Marisol TOURAINE

14 av Duquesne
75007 Paris

 

 

 

Madame la Ministre,

Les récents articles de presse démontrent que la réforme de la biologie médicale n’est qu’une carambouille orchestrée par Jérôme Cahuzac et un syndicaliste, lobbyiste financier  influent, dans le cadre d’une association privée extrêmement puissante et souterraine.

Pendant des années, ce duo fonctionnait à merveille.

D’un côté, le syndicaliste instillait dans la profession l’idée d’une inéluctable évolution vers l’industrialisation, et  de l’autre, le politique prenait ou faisait prendre toutes les décisions officielles pour aller dans ce sens, avec d’autant plus délectation  qu’il a toujours avoué publiquement une véritable  haine des  biologistes. (« je vais vous couper la tête »)

La réforme de la biologie médicale est l’apothéose de cette collusion occulte, une profession livrée à leur caste, avec une réforme rédigée et promue  dans la confidentialité, conformément au gout du secret de ces deux compères.

L’accréditation était le coup de poignard, mais un  argument lisse et parfait vu de l’extérieur, répété en boucle  par tous les politiques pour dissimuler cette pure et simple mise en vente, tout en neutralisant  les contradicteurs.

Le résultat ne  s’est pas fait attendre avec des pans entiers de la profession vendus aux financiers dont certains se trouvent aux iles Caïmans ! Et on voit alors  des biologistes harcelés par ces mêmes financiers, qui anticipent déjà le vote de votre  réforme rappelant  qu’avec les contraintes qu’elle comporte, il n’y a plus qu’une seule solution : vendre.

Le crime était presque parfait…

Aujourd’hui ces informations prouvent combien  nous avons eu raison depuis trois ans, de dénoncer et nous battre contre cela, comme contre  l’omerta politique et médiatique autour de cette réforme.

De plus, afin de rendre inéluctable cette transformation, ce réseau d’influence impose à la profession de se mettre en conformité impérativement  à une date (31 mai) alors que  le projet en débat à l’assemblée actuellement prévoit de la retarder !

Pourquoi un tel zèle administratif alors qu’au même moment, tant d’abus, de conflits d’intérêts sont dévoilés tous les jours, sans bien peu de  rétorsion réelle de la part des autorités sanitaires, qui s’acharnent en même temps sur une profession n’ayant jamais provoqué le moindre scandale sanitaire, plébiscitée par les patients ( sondage LCI)?

Il est absolument révoltant que ce soit Madame Choma suspectée de conflit d’intérêts  dans le cadre de médicaments sur la DMLA, qui ordonne cette pression au travers des ARS.

Cette injonction brouillonne puisque n’ayant pas fait l’objet d’un courrier généralisé, met la profession dans un état de tensions extrêmes tant sur le plan psychologique que financier, pouvant altérer gravement la qualité de son travail pour  le patient.

Pour ces deux raisons, nous vous demandons de reporter cette injonction en fonction de la nouvelle loi en discussion, et de ne pas vous servir du prétexte de la date limite de l’ancienne ordonnance pour détruire un peu plus cette profession.

Enfin, nous considérons que les informations parues dans la presse sont de l’ordre à retarder le vote de cette réforme, afin de la reconsidérer avec d’autres valeurs que le copinage de caste.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Madame la Ministre, mes salutations distinguées.

PATRICK LEPREUX

 

 

 

 

 



Posté le:Vendredi 10 mai 2013 @ 17:43:13       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1454 seconde(s)