Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 25
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Nouveau scandale sanitaire: les prothèses de hanches ( Par LEXPRESS.fr, publié le 02/05/2013 à 17:38)
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales

 

Plutôt que dépenser de l'énergie à massacer la biologie, n'aurait-on pas pu  l' utiliser pour  prévenir ce problème?

 

Prothèses de hanche Ceraver: l'AP-HP retire les produits et lance une enquête

Par LEXPRESS.fr, publié le 02/05/2013 à 17:38

Après les révélations de l'agence du médicament sur 650 patients porteurs de prothèses "en infraction avec la réglementation", l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris retire "immédiatement" les "produits incriminés". 

APRÈS LES RÉVÉLATIONS DE L'AGENCE DU MÉDICAMENT SUR 650 PATIENTS PORTEURS DE PROTHÈSES "EN INFRACTION AVEC LA RÉGLEMENTATION", L'ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS RETIRE "IMMÉDIATEMENT" LES "PRODUITS INCRIMINÉS". 

L'assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce ce jeudi par communiqué qu'elle retire les prothèses de hanche non conformes fabriquées par la société Ceraver des prothèses, mises en cause par l'agence du médicament (ANSM) autour du marquage CE non autorisé. 

Selon l'ANSM650 patients sont actuellement porteurs de ces prothèses "mises sur le marché en infraction avec la réglementation applicable, puisque les marquages CE ne correspondaient pas aux produits". Ces patients ont été implantés dans une soixantaine d'établissements hospitaliers français dont certains appartenant à l'AP-HP. 

D'autre part, une enquête interne est lancée pour "répondre aux questions posées par l'ANSM" sur quatre prothèses Ceraver implantées, au marquage contesté.  

Une modification du marquage ignorée

L'enquête, lancée par Mireille Faugère, directrice générale de l'AP-HP et le Pr Loïc Capron, président de la Commission médicale d'établissement, vise notamment l'utilisation d'un revêtement anti-adhérence bactérienne non autorisé sur quatre patients de l'hôpital Ambroise Paré à Boulogne dans les Hauts-de-Seine. 

Alors que Ceraver ne disposait pas des autorisations nécessaires pour le marquage CE, l'agence précise que la société aurait dû demander une modification du marquage après l'entrée en vigueur en 2009 d'une nouvelle réglementation européenne, ce que la société n'a pas fait. 

"Les chirurgiens de l'AP-HP n'utilisent que des prothèses avec marquage CE notifié. Le matériel en question n'ayant pas changé de référence, il n'y avait donc pour l'AP-HP aucune raison de s'interroger sur la nécessité d'un nouveau marquage CE", précise l'AP-HP. 

"Les chirurgiens de l'AP-HP sont en contact régulier avec leurs patients et leur assurent un suivi médical renforcé" conclut le communiqué de l'AP-HP. 



Posté le:Jeudi 02 mai 2013 @ 18:07:51       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.1183 seconde(s)