Sondage
Covid :êtes vous d'accord pour vacciner les patients?
 OUI
 NON
 NE SAIT PAS

  Results, Résultats

  • Votes : 15
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

2ème semaine de grève de la faim et 2ème communiqué de presse
 |  Auteur: admin
Rechercher dans News générales


Patrick Lepreux entame une deuxième semaine de grève de la faim pour dénoncer la mise en péril de la santé du patient induite par la réforme prochaine des laboratoires

Patrick Lepreux biologiste marseillais et président du syndicat BIOPRAT, issu de la coordination des biologistes en colère, entame une deuxième semaine de grève de la faim pour de dénoncer le projet de réforme de la biologie, présenté en procédure accélérée au sénat le 21 janvier, sans prendre en considération le danger qu’il représente, à la fois en terme social et sanitaire.


"Désormais, faire une simple prise de sang c’est mettre sa vie en péril"

Patrick Lepreux entame une deuxième semaine de grève de la faim alors que le gouvernement présente au sénat en express une reforme qui met en péril la santé du patient en fragilisant l’accès aux soins. Ce gouvernement qui pendant deux ans a été alerté et déclarait comprendre l’urgente nécessité de revoir cette réforme, renie aujourd'hui engagements et ses convictions, au mépris du danger que ce texte représente en terme de santé publique.

C'est pour alerter l'opinion publique sur les conséquences induite par l'application de la réforme que Patrick Lepreux entame une deuxième semaine de grève de la faim. Le biologiste marseillais dénonce non seulement la vente organisée des laboratoires d'analyse au bénéfice de groupes financiers, avec la casse sociale que cela implique, mais surtout le fait que ces derniers dépouillent le laboratoire racheté de tous ses moyens techniques.

Résultat, tous les prélèvements partent par livreurs dans des glacières vers des centres d'analyses industrialisés souvent éloignées. Les laboratoires deviennent alors de simples vitrines, incapables de répondre à leur mission de santé publique. Pour le patient, cela signifie la fin d'une prestation de soin de proximité, une dégradation de la qualité de soin en raison des conditions de transport des prélèvements et une mise en danger concrète de sa santé dans le cadre d'une analyse d'urgence à cause d’analyses qui n’auront pas été effectuées à temps et pas suffisamment prises en charge dans des  laboratoires au personnel sous-qualifié.

Publiée sans débat parlementaire par le gouvernement précédent cette réforme signe la vente des laboratoires d'analyses au secteur de la finance. Utilisant les mêmes armes que leur prédécesseur, le Gouvernement actuel poursuit sur la même voie, et s'apprête à ratifier sans état d'âme un projet ultra libéral en procédure expresse, afin de ne pas risquer de contrarier les intérêts des lobbies financiers et ce en dépit des protestations et des mises en garde répétées émanant de l'ensemble de la profession des biologistes médicaux.


Moratoire et commission d'enquête

Par son action, Patrick Lepreux, demande au Gouvernement un moratoire sur la ratification du projet de réforme, annoncée en procédure législative accélérée ainsi que l'ouverture d'une véritable consultation de l'ensemble des professionnels du secteur. Dans ce cadre, deux  points  plébiscités par les biologistes doivent être abordés de façon urgente :

 - La suppression des contraintes liées aux normes industrielles sous contrôle du COFRAC et leur remplacement par les formations post universitaires classiques comme toutes les autres professions de santé.

 - Plutôt que d’imposer des usines à analyses adossées à des laboratoires vidés de leur activité première, permettre à ces derniers une mutualisation partielle de leurs moyens, tout en conservant la liberté pour chacun d'exercer une activité technique sur site.

Tout cela dans le but de préserver la qualité de soin pour le patient et de maintenir la mission de santé de la profession de biologiste médical.

Enfin, Patrick Lepreux demande que soit ouverte une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'élaboration d'une réforme pensée dans le seul intérêt des groupes financiers, comme en témoigne la vague de rachats qui frappe actuellement le secteur ainsi que sur le statut du COFRAC, association privée répondant aux statuts de la loi 1901 en charge du contrôle total de toute une profession médicale sans représentativité de cette dernière

 

téléchargez le en cliquant à côté:cp230113.doc



Posté le:Mardi 22 janvier 2013 @ 17:56:37       Page Spéciale pour impression Envoyer cet Article à un ami     Précédent |  Suivant

Temps : 0.4286 seconde(s)