Sondage
Coronavirus : à combien estimez-vous la perte de votre chiffre d'affaires
 10%
 20%
 30%
 40%
 50%
 60%
 70%
 80%

  Results, Résultats

  • Votes : 17
  • Commentaire(s) : 0
Votre compte
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe:
PerduInscription
En direct










Lettre d'information


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Liste des premiers tests homologués pour le COVID 19 (Sciences et Avenir)
Posté par: admin le 22 mai

Rechercher dans Informations Scientifiques

 

 

cliquez ici pour lire en ligne

 

Les tests sérologiques ont été largement critiqués pour leur manque de fiabilité. En France, le Centre national de référence (CNR) a fait le tri et publie la liste des tests qu'ils ont homologués.

Test sérologique TDR pour le Covid-19

Différents tests sérologiques sont considérés comme fiables, dont des Tests de diagnostic rapide (TDR), comme ci-dessus.

TIZIANA FABI / AFP

Le ministère de la Santé a publié jeudi 21 mai 2020 au soir la liste des tests sérologiques jugés fiables. Une liste particulièrement attendue. Des dizaines de laboratoires se sont lancés dans la fabrication de tests sérologiques ces derniers mois mais la communauté scientifique s'inquiète de leur mauvaise qualité. Le Centre national de référence (CNR) a publié la première liste de tests sérologiques fiables. Au nombre de 23, ils doivent permettre de détecter les anticorps dans le sang d'un patient et donc de déterminer s'il a déjà contracté le virus par le passé. Le malade pourrait potentiellement être protégé d'une future ré-infection mais l'immunité n'a pas encore été prouvée. Réalisé grâce à une prescription médicale d'un médecin, le test sérologique sera entièrement remboursé. En comparaison, aux Etats-Unis, où les autorités ont suspendu toute obligation réglementaire, 160 tests sont disponibles sur le marché mais impossible de s'assurer de leur qualité.

 
 
EN SAVOIR PLUS

Consommation : le COVID-19 change la donne !

Comment combiner plaisir, budget réduit et consommation responsable ?

E.LECLERC.FR
 
 
PROPOSÉ PAR L'OBSERVATOIRE E.LECLERC

Les tests validés par le Centre national de référence (CNR) :

Tests ELISA

 

COVID-19 IgG ELISA KAPCOVID19G - DIAsource ImmunoAssays
ELISA SARS-CoV-2 (IgG) - EUROIMMUN
Elecsys Anti-SARS-CoV-2 - ROCHE Diagnostics
NovaLisa SARS-CoV-2 (COVID-19) IgG - NOVATEC Immunodiagnostica
SARS-CoV-2 IgG Architect - Abbott Ireland
VIDAS SARS-COV-2 IgG - bioMérieux
Virotech SARS-CoV-2 IgG (Elisa) - Virotech diagnostics

Tests de dépistage rapide (TDR)
2019-nCoV IgG/IgM Rapid Test Cassette - BIOMAXIMA
2019-nCoV IgG/IgM detection kit - Nanjing Vazyme Medical technology Co. Ltd (distribué par Clinisciences)
2019-nCoV IgG/IgM detection kit - Nanjing Vazyme Medical technology Co. Ltd (distribué par S&I Equipement)
2019-nCoV IgG/IgM detection kit - Nanjing Vazyme Medical technology Co. Ltd (distribué par MDL medical)
2019-nCoV IgG/IgM detection kit - Nanjing Vazyme Medical technology Co. Ltd (distribué par SAM SARL)
BIOSYNEX COVID-19 BSS IgG/IgM - Biosynex Swiss
Base Point Covid-19 IgG/IgM rapid test device - Guanzhou Wondfo Biotech
COVID-19 IgG/IM rapid test device - Guanzhou Wondfo Biotech
COVID-19 IgG/IgM Rapid Test Cassette - Inzek International Trading
Diagnostic kit for IgM/ IgG Ab to SARS-CoV-2 - Zhuhai LIVZON Diagnostics
NG-Tests IgG-IgM Covid -19 - NG-Biotech
SARS-CoV-2 Antibody Test - Guanzhou Wondfo Biotech (distribué par WEMADE)
SARS-CoV-2 Antibody Test - Guanzhou Wondfo Biotech (distribué par Shana Xie)
SARS-CoV-2 Antibody Test - Guanzhou Wondfo Biotech (distribué par Axamed Lab)
Standard Q COVID-19 IgM/IgG Combo Test - SD BIOSENSOR
careUS COVID-19 IgM/IgG - WELLS BIO

 
2020

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Coronavirus: la synthèse de ce qu'on sait ( D Dupagne) le 08/03/2020
Posté par: admin le 09 mars

Rechercher dans Informations Scientifiques

 

cliquez ici pour lire en direct

 

Coronavirus : La synthèse

Ce qu’il faut savoir sur le COVID-19

LUNDI 9 MARS 2020par DOMINIQUE DUPAGNE

Informations sur le coronavirus COVID-19 destinées à informer le public sous forme de questions/réponses. Cet article sera mis à jour quasi-quotidiennement. Si vous pensez avoir détecté une erreur, ou si vous vous posez une question qui n’est pas traitée, intervenez dans le forum d’échanges sous l’article.

Version finalisée et diffusable (publié initialement le 8/3/2020)

Lors de la grippe A/H1N1 de 2009-2010, j’avais rédigé un article avec des confrères généralistes pour apporter à nos patients et au public une information claire et dépassionnée sur cette épidémie. Cet article avait été très apprécié et je vais tenter la même démarche pour le coronavirus COVID-19.

Le coronavirus COVID-19 est-il vraiment dangereux

Oui, ceux qui pensent que l’infection à COVID-19 est moins préoccupante que la grippe saisonnière se trompent : voici le taux de mortalité comparé entre ces deux maladies :

Les chiffres de ce graphique largement diffusé donnent un ordre de grandeur de la situation actuelle, mais ils sont l’objet de critiques justifiées.
- Des spécialistes fiables considèrent que le nombre de cas bénins ou sans symptômes est très sous-évalué, et que cela fausse le calcul de la mortalité due au COVID-19 dans le sens d’une exagération de sa gravité : à nombre de morts égal, plus il y a de malades, plus le taux de mortalité chez les malades baisse.
- A l’inverse, d’autres experts font remarquer que pour le COVID-19, on compte les décès chez les malades, alors que pour la grippe, les chiffres du graphique sont estimés par des méthodes statistiques. Lorsques les décès de la grippe sont décomptés un par un comme pour le COVID-19, ils sont dix fois moins nombreux.

En pratique, cela signifie qu’il reste des incertitudes, mais que le COVID-19 sera sans doute environ dix fois plus mortel que le virus de la grippe, qui est lui même heureusement peu mortel ! (sauf chez les vieillards) : un décès prouvé pour 10.000 malades de la grippe en moyenne. Chez les sujets jeunes et sans facteurs de risque, la mortalité du COVID-19 devrait tourner autour de 1 mort pour 1000 sujets infectés, soit dix fois plus que la grippe.

Par ailleurs, le graphique ci-dessous montre que le taux de mortalité par malade en Chine diminue régulièrement, essentiellement parce que l’on découvre plus de malades infectés qu’on ne le pensait initialement, mais aussi parce que les médecins chinois progressent en efficacité dans la prise en charge des cas graves.

Source

Enfin, nous avons les chiffres de la Corée du sud, pays à haut niveau de vie, qui montre une mortalité plus faible qu’en Chine.
Sur 188.000 personnes testées
- 7134 sont infectées
- 50 sont décédées
Ce qui donne une mortalité globale de 50/7134 = 0,7%, soit 7 décès pour 1000 sujets infectés, symptomatiques ou non symptomatiques.. Ce chiffre est compatible avec l’hypothèse d’une mortalité de 1 sur 1000 chez les sujets de moins de 65 ans sans facteurs de risque infectés par le coronavirus COVID-19.

La maladie est-elle plus dangereuse chez les enfants ?

Non ! C’est la bonne nouvelle qui ressort des données disponibles (graphique ci-dessus). Le taux de mortalité chez l’enfant en bonne santé est infime. En revanche, l’enfant peut jouer un rôle dans la diffusion du virus, ce qui conduira peut-être les autorités à fermer temporairement toutes les écoles. Attention ! Cela ne veut pas dire que les enfants ne risquent pas de tomber malades, mais qu’ils s’en remettent mieux que les adultes, comme c’est le cas pour beaucoup de maladies virales.

Qui risque d’en mourir ?

Les principales victimes du COVID-19 sont les personnes âgées de plus de 60 ans, le risque doublant après 70 ans et quadruplant après 80 ans (premier graphique plus haut). C’est dans cette tranche d’âge que la lutte contre la contamination est vitale.

L’autre population à risque est constituée par les sujets souffrant de maladies bronchiques ou pulmonaires chroniques, ou de déficits immunitaires. Les sujets atteints de diabète, d’hypertension ou de problèmes cardiaques sont également vulnérables source.

Je suis enceinte, dois-je m’inquiéter ?

Non, la grossesse n’est pas une situation à risque en cas d’infection, ni pour la mère, ni pour l’enfant source.

Quels sont les symptômes de la maladie due au COVID-19 ?

De nombreux sujets ne ressentent aucun symptôme ou très peu, c’est le cas notamment des enfants. Lorsqu’ils existent, les symptômes de l’infection à COVID-19 sont proches de ceux de la grippe. Heureusement, l’épidémie de grippe s’éteint progressivement ce qui diminuera le risque de confusion.

Lorsque les symptômes sont présents, ils associent le plus souvent une toux (avec ou sans glaires), une fièvre, et une difficulté à respirer. Ces trois symptômes majeurs sont les plus fréquents, mais certains malades n’ont pas de fièvre, ou toussent plusieurs jours avant qu’elle n’apparaisse.

À ces trois symptômes principaux peuvent s’ajouter des courbatures, une fatigue, un mal de gorge, des maux de tête, un rhume, un manque d’appétit, voire des douleurs du ventre et une diarrhée.

La période d’incubation du COVID-19 est très variable. Il s’agit du délai qui sépare la contamination de l’apparition des premiers symptômes (en cas de maladie symptomatique). Ce délai initialement estimé à environ 5 jours pourrait en fait varier de 0 à 28 jours, or, les sujets contaminés sont parfois contagieux durant cette période. Il existe encore une controverse sur ce délai étonnamment variable.

Que faire si l’on présente ces symptômes ?

Il ne faut surtout pas se rendre aux urgences, ni chez votre médecin généraliste, pour deux raisons :
- Si vous n’avez pas le coronavirus, la salle d’attente des urgences et de votre médecin sont les lieux où vous avez le plus de risque de l’attraper !
- Si vous êtes infecté par le coronavirus, vous risquez de contaminer d’autres personnes fragiles.
Il est préférable de commencer par téléphoner à votre généraliste si vos symptômes sont modérés, ou directement au SAMU (composez le 15 sur votre téléphone) si vous vous sentez mal, notamment si avez du mal à respirer. Pour les sourds et malentendant, il existe un numéro spécifique, le 114.

De nombreux médecins proposent désormais des téléconsultations, ce qui paraît la meilleure solution pour les formes de gravité modérée.

Existe-t-il un traitement ?

Pour l’instant, aucun traitement n’a fait la preuve de son efficacité contre le virus. Les antibiotiques sont inefficaces. D’autres médicaments sont à l’étude. Dans les cas graves, l’hospitalisation en réanimation a pour but d’oxygéner le sang et de maintenir les organes en fonctionnement en attendant la guérison naturelle de l’infection.

Il n’existera pas de vaccin avant au moins une année, et probablement plusieurs années.

Pourquoi se protéger, puisqu’on l’attrapera forcément un jour ?

Si le virus continue à circuler dans le monde tous les ans, il sera en effet quasiment impossible d’y échapper, sauf à vivre en ermite dans une forêt ! En revanche, il faut éviter de saturer les hôpitaux dont la capacité de prise en charge des malades est limitée. Plus l’épidémie sera étalée dans le temps, plus notre système de santé pourra y faire face et moins vous aurez de risque de mourir en cas d’infection.

À ce jour, rien ne prouve que l’épidémie sera durable. L’épidémie chinoise est en train de se terminer, avec un nombre infime de morts par rapport à sa population (2 morts par million de chinois).


Source

La question est de savoir si ce résultat surprenant est dû à un phénomène naturel ou au confinement autoritaire des populations exposées, confinement irréalisable en France.

Comment est-on contaminé ?

Les deux modes de contamination connus sont l’inhalation de gouttelettes d’eau émises par la toux des malades, et la transmission par contact. Le contact peut être direct, entre un malade et un sujet sain, ou indirect, pas l’intermédiaire d’un objet contaminé : poignée de porte, monnaie, carte de crédit, barre de métro, clavier etc. Le virus peut survivre plusieurs heures sur un objet, voire plusieurs jour, et il survit d’autant plus longtemps que l’air ou le support sont humides. Le virus ne traverse pas la peau, mais l’infection survient lorsque la main contaminée est mise au contact de la bouche, du nez ou des yeux. La protection repose donc sur le filtrage de l’air inspiré, et sur la désinfection soigneuse et régulière des mains.

Les produits ou colis provenant de zones contaminées ne sont pas considérés comme dangereux du fait des délais de livraison source. Pour ce qui est du courrier, tant que l’épidémie n’est pas généralisée, il ne doit pas être considéré comme dangereux, mais cela pourrait changer.

Comment se protéger de la contamination par voie respiratoire ?

Des données récentes laissent penser qu’en dehors des espaces très confinés, la contamination par inhalation est nettement plus rare que celle par contact. Sauf à se faire tousser en pleine figure, on ne peut être contaminé en respirant dans la rue : les gouttelettes d’eau porteuse du virus sont trop peu nombreuses car diluées dans l’air, et surtout elles retombent rapidement au sol. Il paraît donc sans danger de "prendre l’air" en se promenant dans la rue, à condition qu’elle ne soit pas bondée.
Aucun des différents masques disponibles n’a prouvé son intérêt pour éviter la contamination aérienne dans la vie courante, mais on n’a pas prouvé non plus qu’ils ne servaient à rien ! Ces masques sont surtout destinés à protéger les gens qui soignent les malades ou qui les prennent en charge. Le port d’une écharpe ou d’un cache-col sur le nez et sur la bouche semble une protection suffisante lors des sorties extérieures dans la vie courante (ceci est un avis personnel non documenté).

D’une façon générale, limiter les contacts, et ne pas se tenir contre les gens, notamment si ils toussent, constituent de bonnes mesures de protection contre la contamination par les voies respiratoires.

C’est le risque de contamination par contact qui nécessite le plus d’attention et de précautions.

Comment éviter la contamination par contact

Le principe est d’éviter de déposer des virus sur les zones du corps qui permettent sa pénétration dans l’organisme : la bouche, le nez et les yeux. Les mains étant les principales responsables de la contamination par contact, ce sont elles qu’il faut protéger et désinfecter régulièrement.

Le virus COVID-19 survit plusieurs heures à l’air libre, voire plusieurs jours en présente d’humidité. Le port de gants en cuir n’a donc pas de sens. Le port de gants jetables n’est pas simple et ne s’impose pas en dehors des équipes soignantes. La méthode de protection la plus pertinente repose donc sur la désinfection régulière des mains, et notamment après contact avec une personne ou un objet potentiellement contaminé. Deux méthodes sont efficaces :
- Le lavage à l’eau et au savon
- La friction avec de l’alcool (éthanol) à 70°

L’alcool à 70° étant desséchant pour la peau, on lui ajoute une petite quantité de glycérine (corps gras) qui persiste après l’évaporation de l’alcool et protège la peau du dessèchement ou de l’irritation. Ce mélange porte le nom de SHA (Solution Hydro Alcoolique).

Certains fabricants ajoutent un gélifiant pour former un GHA (Gel Hydro Alcoolique) qui peut paraître plus simple d’emploi, mais qui ne présente aucune supériorité antivirale par rapport à la SHA.

Le taux d’alcool des boissons alcoolisées (vodka, gin...) est insuffisant pour combattre les virus avec une efficacité correcte.

En cas de pénurie, il est facile de fabriquer de la SHA en ajoutant 5% de glycérine (achetée en pharmacie ou sur internet) à de l’alcool à 70°c (éthanol). Attention à ne pas utiliser d’alcool ménager ou à brûler qui contient une petite proportion de méthanol, alcool toxique même par simple contact, surtout en cas d’usage prolongé ou répété.

En cas de pénurie d’alcool à 70°, ou pour faire des économies, il est possible d’acheter de l’éthanol à 96° destiné aux feux de cheminées sans conduit, et de le diluer avec 27% d’eau pauvre en calcaire (Volvic ou équivalent, eau déminéralisée pour fer à repasser). Ce n’est pas à 1% près... Faites en revanche attention à ne pas enflammer l’alcool. Tenez vous loin de toute source de chaleur élevée. De même, si vous êtes fumeur et que vous utilisez de la SHA avant d’allumer votre cigarette, attendez que l’alcool soit évaporé ! Des imprudents se brûlent les mains ou les cheveux pour ne pas avoir tenu compte de ce conseil !

Enfin, pour la désinfection du mobilier et autres poignées de porte, l’alcool ménager utilisé avec des gants et en aérant après usage fait parfaitement l’affaire, de même que les détergents courants. Le virus ne résiste pas au passage en lave-linge ou lave-vaisselle.

Une "recette" de SHA de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui contient de l’eau oxygénée circule sur internet. Cette recette est destinée à des usages "multiriques" et l’eau oxygénée est inutile pour combattre les virus.

Est-il judicieux de s’isoler chez soi ou à la campagne ?

Cette réaction intuitive s’appelle l’autoconfinement. Il est clair qu’elle diminue le risque de contamination, à condition bien sûr de recevoir peu de visites et de ne pas trop fréquenter les magasins. Chacun doit mettre en balance les conséquences négatives de son autoconfinement avec son risque personnel de présenter une complication en cas d’infection (voir quelles sont les personnes à risque plus haut).

De même, éviter les restaurants, les spectacles ou les expositions diminue le risque de contamination. Cette réalité risque de provoquer des drames économiques chez certains corps de métier, mais il serait malhonnête de nier l’efficacité de l’autoconfinement. De nombreuses entreprises sont en train de basculer vers le télétravail (quand cela est possible bien sûr).

Combien de temps met-on à guérir ; est-on immunisé ensuite ?

Dans les cas sérieux, la guérison peut prendre plusieurs semaines. Tout dépend de la gravité initiale.
L’immunité conférée par l’infection n’est pas claire, il semble exister des mutations du virus. Il est trop tôt pour répondre à cette question.

Je remercie les relecteurs qui m’ont permis de corriger et d’améliorer le texte initial.

Si vous avez d’autres question, n’hésitez pas à les poster ci-dessous. Pour suivre les mises à jour, vous pouvez me suivre sur Twitter : @DDupagne.

 
2020

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Recommandations coronavirus
Posté par: admin le 27 février

Rechercher dans Informations Scientifiques

Cliquez ici pour lire

cliquez ici pour lire

 

carte interactive cliquez ici

2020

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Cerba accusé de pratiquer la «biologie financière» (http://paperjam.lu)
Posté par: admin le 31 mars

Rechercher dans Informations Scientifiques
 
 Est-ce ce que dénoncent ces 3 syndicats n'est pas le vrai but de la réforme de la biologie médicale et que BIOPRAT annonce depuis 7 ans?
ndlr
 
 
 
 
PROPRIÉTAIRE DES LABORATOIRES KETTERTHILL

Cerba accusé de pratiquer la «biologie financière»

AUJOURD'HUI12:29
 
 
 
Laboratoires Ketterthill
«La plainte déposée en France ne concerne en rien les laboratoires Ketterthill», assure leur administrateur délégué, Stéphane Gidenne.

PARTAGEZ EN DIGEST

Les laboratoires Cerba (Ketterthill) assignés en justice pour fraude


 

 

 
 
 

 


2017

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Quatre applications gratuites fort utiles
Posté par: admin le 30 mai

Rechercher dans Informations Scientifiques

 

La première s'appelle mighty text c'est une application que vous téléchargez sur votre téléphone portable et que vous lancez sur celui-ci, ensuite vous installez l'application sur votre ordinateur et cela vous permet d'envoyer directement vos SMS gratuitement depuis votre ordinateur.

C'est une application qui est optimisée pour Gmail pour laquelle il existe une application spéciale Google à télécharger et qui s'incruste dans la barre d'outils de votre Gmail.

 

La seconde, se nomme my cubby qui vous permet de télécharger de façon sécurisée et de stocker vos documents sur le cloud de façon à ce que chaque document devienne un lien Internet que vous pouvez envoyer un correspondant à condition que lui aussi possède application my cubby.

L'avantage par rapport à Dropbox, c'est que le volume de stockage gratuit est cinq fois plus important  et que chaque  document a la possibilité de devenir un lien internet.

 Si vous le voulez, vous pouvez augmenter le volume de stockage jusqu'à 100 G il vous en coûtera environ une cinquantaine d'euros par an .

Vous pourrez dans cette conformation payante, en plus, sécuriser  vos documents stokés en ajoutant un code de sécurité pour les ouvrir, mais par contre vous ne pourrez plus les envoyer sous forme d'un lien Internet.

La troisième s'appelle zazaremote et s'installe sur votre téléphone  portable qui devient une télécommande de climatisation, toutes les marques  sont dans l'application et vous n'avez plus qu'à choisir la vôtre.

La quatrième, c'est stop-it pour empêcher l'accès aux sites pornographiques, adaptable sur chrome

2016

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Une unité de mesure des températures d’un prix compétitif
Posté par: admin le 25 mai

Rechercher dans Informations Scientifiques

 

 

cliquez ici pour lire 

 

 

et posez vos questions et vos remarques à la suite en utilisant la touche "commenter"

afin de constituer le groupe des utilisateurs

2016

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Faites des économies sur les lampes UV de vos hottes à flux laminaire
Posté par: admin le 23 octobre

Rechercher dans Informations Scientifiques

 

allez voir le site suivant:

societé thellia 

2015

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Le Cloud pour stocker gratuitement tous vos documents
Posté par: admin le 25 juin

Rechercher dans Informations Scientifiques

Pour stoker vos documents en ligne vous pouvez le faire sur le site dropbox bien connu qui vous délivre un espace de stokage en ligne.

Cela vous permet de retrouver tous vos documents où que vous soyez.

Vous pouvez le faire aussi sur mycubby qui vous donne gratuitement plus d'espace de stokage et où, deplus,ce que ne fait pas dropbox, chaque document devient aussi un lien internet (comme le propose aussi google documents).

Des que my cubby ou dropbox s'installe dans votre ordinateur ( par exemple mes documents)  tout document qui y sera glissé sera synchronisé sur le Cloud.

Enfin  deux logiciels que vous pouvez utliser ensembles,chacun  ayant sa spécificité, pour vous  permettre de nettoyer votre oridinateur:

ccleaner

glaryutilities 

2013

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Logiciel gratuit TEAMWIEWER pour travailler à deux
Posté par: admin le 08 mai

Rechercher dans Informations Scientifiques

le logiciel est un logiciel qui permet de vous connecter sur un autre ordinateur distant.

Il est sécurisé.

  • Vous l'installez ainsi que votre correspondant, puisque  vous désirez pouvoir avoir l'accès à son ordinateur.
  • Vous appelez votre correspondant  au téléphone pour qu'il vous dicte les codes qui s'affichent dans sur SON  logiciel TEAMWIEWER.
  • Vous rentrez sur VOTRE  logiciel TEAMWIEWER, les codes qu'il vous indique et vous pouvez vous connecter.

CLIQUEZ ICI pour télécharger

 

 

 

2013

interface Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami
 

 

Temps : 0.5157 seconde(s)