Peut-être qu'il y a plus de démocratie au Canada qu'en France et
moins d'entre-soi, de caste et de corruption .C'est pour cela que la remise 
en question d'une loi est plus facile.
Classement des pays en fonction de la corruption cliquez ici
 
 
 
 
 
 

  1. Optilab : le gouvernement revoit le modèle

Publié le mercredi 10 avril 2019 à 23 h 17

Analyse de laboratoire
Le projet Optilab sera modifié. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec revoit le modèle de laboratoires de biologie médicale Optilab, lancé en 2011.

La ministre Danielle McCann dit avoir analysé le projet de regroupement des services, déployé dans sept régions du Québec en 2017.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Optilab était en implantation graduelle depuis deux ans. L’analyse de l’ensemble des examens réalisés dans les hôpitaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec devait se faire à Chicoutimi.

Au moment de l’annonce, le projet avait suscité beaucoup de mécontentement. Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, et les syndicats en santé s’y étaient notamment opposés.

Par voie de communiqué, la ministre McCann dit avoir constaté qu’il n’était pas nécessaire de transférer autant d’analyses vers des laboratoires centraux, comme l’hôpital de Chicoutimi, par exemple, pour des prélèvements réalisés dans d’autres établissements.

Optilab 2.0 remplacera donc l’ancien modèle, le tout, dit la ministre dans le but d’améliorer la qualité des analyses des laboratoires médicaux et de permettre un meilleur contrôle des coûts.

Il y aura donc moins de transport d’échantillons et la qualité des analyses en laboratoires sera améliorée, croit le ministère.

C’est quand même une bonne nouvelle pour les régions. Il y aurait beaucoup moins d’analyses qui sortiraient des labos pour s’en aller vers les laboratoires serveurs et qui resteraient en région pour toutes les raisons que l’on dit depuis des années, a commenté la vice-présidente de l'Alliance professionnelle des travailleurs de la santé (APTS), Nicole Déry. L'APTS représente les technologistes médicaux.

Sur ses gardes

Sylvain Gaudreault croit qu’en réorientant le projet Optilab, il y a « une reconnaissance de la part du gouvernement que le projet n’allait pas dans la bonne direction ». Le porte-étendard péquiste demeure sur ses gardes et croit que plusieurs éléments restent à éclaircir.

C’est un pas dans la bonne direction, mais il nous reste encore beaucoup de questions à poser. Ce que je comprends de l’annonce d’aujourd’hui de la ministre, c’est qu’il va y avoir certains échantillons qui seront traités dans les hôpitaux locaux, mais que d’autres vont continuer d’être transportés. Est-ce que c’est en vue de centraliser plus tard l’ensemble des analyses.

 Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

Le député souhaite que la ministre McCann précise les tenants et aboutissants de l’annonce de mercredi, laquelle contient peu de détails au sujet de la déclinaison du nouveau programme dans les régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.